Une petite étude du costume militaire carolingien d'après les psautiers d'Utrecht et de Stuttgart

[Cette étude est encore à l'état d'ébauche et sera complétée dans quelques jours]

La société carolingienne est fortement inspirée par l'Empire Romain, notamment sur l'organisation militaire de l'Empire. Les hommes libres valides sont soumis à une obligation de service militaire, aussi cet aspect joue un rôle essentiel dans la vie quotidienne des femmes et des hommes de cette époque. D'après les psautiers de Stuttgart et d'Utrecht l'équipement militaire de base consiste en une lance (épieu, angon) et un bouclier, souvent complété par un casque. Cet équipement est fréquemment représenté dans le Psautier de Stuttgart.

La Lance :
Comme sur les illustrations suivantes les lances présentent une assez grande variété de formes. La lance peut être assez courte (hauteur d'un homme) avec une lame en forme de losange de la longueur d'une paume. Sur l' illustration n°1 l'homme à la tunique verte porte un costume particulier : les manches sont plissées aux avant-bras ce qui suggère qu'elles sont très longues et portées plissées. De plus sur le côté droit pointe ce qui semble être la bouterolle d'une ceinture.

  manche-lance-bouclier
Illustration n°1

La lance peut être également plus longue que le porteur avec une lame de la longueur de l'avant bras.
lance-bouclier-casque
Illustration n°2
 
La lance longue sert aussi aux cavaliers. Sur cette illustration montrant un cavalier lourd revêtu d'une lorica et poursuivant d'autres cavaliers fuyards le bouclier semble plus petit et porté sur l'épaule, sans doute à l'aide d'une guige. Sur cette illustration nous pouvons également voir des fantassins équipés très sommairement de la lance et du bouclier, sans casque. Des cavaliers s'enfuient, eux aussi équipés légèrement de la lance et du casque (pas de bouclier visible).
broigne-harnais
Illustration n°3

Le Bouclier :
Le bouclier est porté assez loin devant lui ce qui suggère l'emploi d'une manipule pour le manier.  La distance figurée entre le bouclier ainsi que la rotondité du bouclier rend peu probable l'emploi de l'énarme. Dans ces conditions le bouclier doit être léger pour être facilement manié. Sans doute constitué comme les écus romains, de lamelles de bois de peupliers ou de tilleul collées à contre-fil.
 

L'arc représenté est court à double courbure tel que les auxiliaires incorporés à l'armée romaine utilisaient. L'épaisseur des extrémityés ainsi que l'angle qu'elles font avec les bras de l'arc aisser supposer qu'il s'agisse d'arcs à siyah comme les arcs mongols ou magyars, toutefois la représentation de la corde attachée plus bas que l'extrémité empêche de l'établir avec certitude. En regardant les reproductions proposées par Grozer Archery (Hongrie)  il pourrait s'agir d'arc Scythe, Assyrien voire Avar. Les flèches sont à empennage ligaturé à encoche rapportée. La pointe est à douille et présente un dessin typique de lames de chasse, avec de très longs ardillons. La prise de la corde montrée est de type "méditérranéen" avec l'index et le majeur.
  arc-casque ou bonnet
Illustration n°4


  arc-manteau
Illustration n°5

L'emploi de l'arc à cheval est également représenté, certainement comme la continuation des traditions des peuples cavaliers fédérés par Rome et ayant servi en Gaule notamment contre Attila : Sarmates, Alains.
arc-flèches
Illustration n°6

Sur cette illustration (n°7) nous voyons l'arc débandé laissant clairement apparaître la double-courbure renforçant l'idée d'un dessin type scythe ou assyrien, toutefois l'extrémité des branches ne permet pas de déterminer avec précision le mode de fixation de la corde. La flèche a une pointe différente des précédents, type feuille de sauge, mais toujours à douille.
flèche
Illustration n°7


La lorica (figure n°7) constitue un supplément défensif intéressant toutefois le casque me semble plus fréquemment représenté.
La lorica est à écailles, certainement en fer étant donné la couleur utilisée pour les représenter et semble faite de deux parties : une partie plastron et une partie "jupe" fixée au torse par une sorte de harnais. 



, l'épée ou le couteau
Image
peuvent toujours servir. Ici le couteau semble de bonne taille (environ la longueur du torse, soit 60 cm) et doit pouvoir servir pour le combat à la manière d'un seax ou d'un coutelas.

Sur certaines illustrations du Stutgart notamment on voit parfois un guerrier complet : lance, bouclier, épée, lorica, casque, ou lorica, casque, arc
Image ;
Image ;
Image ;
Image

L'épée seule me semble être utilisée plutôt dans un contexte civil
Image ;
Image ;
Image ;
Image

ou avec la lorica
Image ;
Image

mais pas toujours
Image ;
Image
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :