Repères Historiques

La Gaule romaine 52 Av JC-476 Ap JC.

Géographiquement, la Gaule romaine recouvre la France actuelle — exceptés le Midi et la vallée du Rhône qui, regroupés dans la province Narbonnaise, étaient considérés comme faisant partie de la patrie romaine  — et une grande partie des Belgique et Suisse actuelles.

 

En dépit de la réputation guerrière de son armée, Rome doit avant tout sa victoire dans la durée à l'habileté de ses ingénieurs, commerçants et artisans qui réussirent à faire entrer dans les chaumières gauloises, plus d'un siècle avant l'arrivée des légions de César, les premiers symboles d'une intégration volontaire et motivée au modèle Romain...

Les romains s'installent militairement et politiquement en Gaule en 52 avant JC et provoquent l'évolution en profondeur de la population gauloise : les traits culturels romains et indigènes se mêlent, donnant naissance à une culture "gallo-romaine", qui profite de 3 siècles de paix (relative).

Au IIIe siècle, les Francs participent aux grandes invasions barbares (257), aux côtés d'autres peuples germaniques. Rome s'en rétablit, car les ligues germaniques de l'époque ne pouvaient tenir tête à l'armée impériale. La rencontre des mondes romain et barbare va obliger l'Empire à s'adapter en intégrant progressivement des auxilliaires  barbares dans leur organisation et leur armée.

 

Au Ve siècle Rome devenue décadente, son adminitration et son organisation politique se décomposent lorsque les Huns provoquent un second flot migratoire, poussant tous les peuples barbares situés aux frontières orientales de l'Empire Romain d'Occident  vers la Gaule en le disloquant définitivement. Il s'agit de ce que les historiens qualifieront de "grandes invasions".

 

Les huns seront par la suite éjectés de Gaule par une coalition "barbaro-romaine" à l'occasion du plus grand choc humain de l'époque (bataille des Champs Catalauniques), confirmant l'incapacité des romains à rester maître de la situation.

Les barbares profitent de leur présence sur les terres de l'Empire et vont agir de plus en plus indépendemment : Rome perd ainsi le contrôle du processus de romanisation des barbares, qu'elle avait pourtant souhaité initialement. C'est dans ce contexte qu'Odoacre - roi des Skires et des Hérules - va déposer Romulus Augustule, le dernier empereur romain, en 476. Ceci marque la fin de l'Antiquité et le début des 10 siècles du Moyen Âge.

 


Les Barbares Germaniques
Les Wisigoths
Les Wisigoths (Goth "sage" (visi-) étaient un peuple germanique d'origine scandinave, issu de la Suède méridionale (Gotland) et incorporé tardivement dans l'Occident romain. Après la chute officielle de l'Empire romain occidental (476), les Wisigoths ont continué pendant près de 250 ans à jouer un rôle important en Europe occidentale. C'est peut être le peuple barbare le plus prestigieux d'Europe, tant par sa longue histoire et ses origines mythiques, que par ses traces qu'il laissa longtemps dans les esprits.

Alors qu'ils occupaient l'ancienne province romaine de Dacie depuis la fin du IIIe siècle, les Wisigoths ont adopté peu à peu l'arianisme, à partir de l'année 341, c'est-à-dire une branche du christianisme qui affirme que Jésus-Christ n'est pas Dieu, mais un être distinct créé directement par ce dernier. Cette croyance est en opposition avec "l'orthodoxie" chrétienne qui sera majoritaire dans l'empire romain quand les Wisigoths s'y installeront. Les Wisigoths sont restés fidèles à l'hérésie arienne officiellement jusqu'en 589, lorsque le roi Récarède Ier (en espagnol : Recaredo) choisit de se convertir publiquement, faisant ainsi joindre officiellement l'Église catholique au royaume wisigothique d'Espagne. Toutefois, après cette date, un parti arien demeura fort actif et influent, notamment dans la noblesse. Il en sera encore question au début du VIIIe siècle dans les derniers jours du royaume.

Les Francs et Clovis
Les Francs sont un peuple germanique apparaissant sous la forme d'une confédération de tribus au moment des Grandes invasions. Une partie d'entre eux joue un rôle central dans l'Histoire de France, des Pays-Bas, de Belgique et d'Allemagne à compter de leur sédentarisation en Gaule romaine.

Les Francs apparaissent au début du premier millénaire dans les sources latines: dès les IIe siècle et IIIe siècle les Romains avaient déjà des contacts avec les Francs, qu'ils enrôlaient comme mercenaires dans leur armée, et ce bien avant les invasions germaniques proprement dites.

Parmi les Francs servant l'Empire depuis la fin du IIIe siècle, se trouvent les Francs saliens. Mérovée, ancêtre légendaire et quasi-divin est selon la tradition germanique la principale source de légitimité de leurs souverains qui en descendraient.

Toutefois, au Ve siècle leur roi est aussi devenu proconsul des Gaules, c'est-à-dire un fonctionnaire romain d'origine germanique mais très bien assimilé (en savoir plus sur cette dynamique d'intégration). Les Francs sont alors solidement établis dans les territoires qui allaient devenir la Neustrie et leurs fonctions militaires leur confèrent un pouvoir important en ces temps troublés : le jeune Clovis (germ. Hlodowec, qui donne par la suite les prénoms Ludovic ou Ludwig en Allemagne et Louis en France) devient leur roi à Tournai, probablement en 481. Mais il lui faut plus que le pouvoir d'essence divine que lui confère la mythologie tribale germanique, pour s'imposer face aux évêques, aux patrices ou à la population gallo-romaine en partie christianisée.


Charles Martel et Pépin le Bref
Charlemagne
Hugues Capet
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :