Programme d'activités pour 2010

Textile :

Nous allons lancer le travail sur les textiles prochainement pour cela il nous faudra confectionner :

Des peignes envergeurs de différentes tailles pour le tissage de galons au peigne.
Des plaquettes à tisser en bois de différentes essences (if, frêne, tilleul ...)
Un métier à pesons pour le tissage d'étoffe.
Des fuseaux à filer.

Par la suite nous commencerons le travail textile proprement dit :
Filage au fuseau : Cette technique antique est plus complexe qu'il n'y parait et acquérir le coup de main est un point essentiel de la pratique du filage.
Teinture : Nous allons lancer la pratique de la teinture "naturelle" de la laine avec mordançage à l'alun ou à l'alcali.
Tissage : Après ces étapes nous tisserons les fils obtenus pour en faire des galons ou de l'étoffe selon le mode de tissage choisi (peigne envergeur et/ou plaquettes ; métier à peson)


Cuir :


Nous travaillerons le cuir pour produire des pièces reproduisant ou s'inspirant de pièces archéologiques des époques mérovingienne et carolingienne.


Art :

Les arts aux périodes mérovingienne et carolingienne étaient très délicats et raffinés, particulièrement l'orfévrerie et la verrerie. Nous allons nous attacher à produire des pièces repoduisant ou s'inspirant de l'archéologie.
Nous construirons pour ces activités un four à verre en torchis et un four pour la fusion du bronze ainsi que des creusets pour la fonte du bronze. Après quoi nous produirons des épreuves de cire, que nous moulerons puis cuirons avant d'y couler le bronze.
Nous produirons également des perles de verre dont les femmes mérovigiennes étaient très friandes.
L'orfèvrerie carolingienne se distingue de l'orfévrerie mérovingienne par l'usage croissant d'émaux sur des pièces de bronze à champs levés, nous allons nous attacher à montrer ces différences culturelles à travers la reproduction de pièces d'époque.


Cuisine :


La gastronomie a toujours été une tradition frrançaise et même gauloise. Les goûts aux époques mérovingienne et carolingienne étaient très différents des nôtres et nous tâcherons de faire connaître ces modes culinaires. De plus le vin était une denrée rare et surtout périssable qui ne pouvait être bu que jeune ou résiné. La boisson de tous les jours venait de jus de fruits fermentés (cidre, poiré) ou de cervoise. Nous produirons ces boissons de manière traditionnelle sans ensemencement par des levures de culture pour faire découvrir la différence entre la cervoise et la bière par exemple.


Un calendrier de ces activités sera publié ultérieurement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :