Peigne envergeur et galon

La première pierre a été jetée à la laide Ifice par la fabrication d'un peigne envergeur en cornouiller.
Il a été réalisé entièrement à la main, sans outillage électrique.
Son aspect est laissé volontairement brut. Le travail de bouts de bois est assez délicat, beaucoup plus que celui de tourillons parfaitement cylindriques et calibrés.



Le peigne fait 27 dents et permet de tisser des bandes jusqu'à 53 fils de large. Les trous des dents font 1,5 mm de diamètre, ce qui est assez petit et n'autorise pas l'usage de fils de laine épais. On tisse avec une navette fabriquée également par mes petites mains dans des chutes de sapin.
Le peigne passe en position haute (photo), ouvre la duite. On passe alors la navette, on tire et on tasse afin de ne montrer que la chaine et de cacher la trame.
Après quoi on passe le peigne en position basse, qui ouvre la duite par le bas, et on recommence l'opération : passage de navette, tassement ...






Ce mode de tissage de galon est très-simple et très-rapide mais ne permet pas de produire de motifs complexe comme avec le tissage aux plaquettes. La longueur de la navette jusqu'au peigne a été produite en environ 30 minutes soit près de 30 cm.














Un autre peigne sera fabriqué bientôt, toujours en bout de bois et entièrement à la main, mais plus étroit avec des dents plus épaisses et des trous de dents (des caries quoi !) plus larges pour pouvoir utiliser des fils de laine plus épais. Il pourra en outre être mis à disposition du public lors des démonstrations de tissage au peigne.


Oliv
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :